Hephaistos

Hephaistos est une divinité grecque en corrélation avec le feu et ce qui s’y rattache : la forge, les métaux et les volcans. Son autre nom, dans la mythologie romaine, est Vulcain.

La naissance d’Hephaistos prête à controverse. Pour la plupart des auteurs, c’est Héra qui engendre seule son fils, Hephaistos ; pour d’autres, comme Homère, Zeus est aussi son père. Une autre version affirme qu’Hephaistos est le fils d’un géant de bronze, Talos.
Une chose reste certaine : malgré sa nature divine, Hephaistos est laid, difforme.

C’est pour cela qu’Héra le jette en bas de l’Olympe. Et depuis cette chute vertigineuse dans la mer, Hephaistos se met à boiter. Mais il est recueilli par Thétis et Eurynomé, deux nymphes marines, qui l’élèvent pendant neuf ans dans une grotte de l’île de Lemnos. C’est là qu’il installe sa première forge et accomplit ses premières merveilles sous formes de bijoux somptueux, voire magiques.

Trahi par l’une de ses créations, une broche que porte Thétis, les autres dieux prennent connaissance de son existence et le forcent à regagner l’Olympe. Ils l’amadouent en lui concédant une forge digne de son talent. Hephaistos façonnent des armes magiques comme le bouclier d’Achille, les flèches pour les arcs d’Eros, d’Artémis et d’Apollon. Il forge aussi le trident de Poséidon, la cuirasse d’Héraclès ou bien encore l’égide de Zeus. Il est, par ailleurs, l’artisan du palais des dieux et il confectionne, pour nombre d’entre eux, des objets de pouvoir. C’est aussi lui qui conçoit Pandore, la première femme.
A l’occasion, Hephaistos manie le feu d’une toute autre manière. Contrairement aux autres dieux, il prend rarement part à la bataille mais lorsqu’il le fait, c’est armé d’un feu qui consume tout, même l’eau.

Selon diverses sources, Hephaistos est tantôt l’époux de Charis, une Grâce, ou d’Aphrodite, la déesse de l’amour. Dans les deux cas, il est marié à la beauté ce qui offre un contraste saisissant avec son apparence d’infirme et de rustre forgeron. Car c’est ainsi qu’il traverse les âges, représenté le torse nu, les pieds disproportionnés ou bien claudiquant sur une béquille. Cette dernière est l’un de ses attributs au même titre que le marteau et l’enclume.
Bien qu’il fasse partie des douze divinités olympiennes, Hephaistos reste le serviteur, en quête de paix et de tranquillité.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *